jeudi 8 juin 2006

Exposé : Les Chevaux

Les Chevaux

Les chevaux sont des animaux qui font parfois « schprrr », parfois « iuhuhuhuhu » et parfois « clpclpclpclp ». On distingue plusieurs sortes de chevaux :


1. le chevau mal construit, qui bouge mais ne ressemble que partiellement à un cheval


2. le chevau de half-pipe de compétition, livré avec un homme à moitié habillé dessus


1. le chevau invisible, livré avec un autre homme dessus


11. le chevau à motif, très tendance hype, totally fashion quoi que fort laid


7. le chevalle mystickque fortement estrange, dont les proportions sont discutables


9. Magic Cheval (dont le tour de magie est de pouvoir apparaître plusieurs fois dans le même exposé)


5. Columbia Tristar


11. le zèbre (qui peut se confondre aisément avec un coussin si on ne fait pas attention: la différence principale est que le zèbre bouge)


2. Laetitia nous fait part d'un .gif animé de licorne. Non merci, Laetitia.


0.5. le cheval "lapin" (qui peut se confondre aisément avec un cow-boy)


9. Magic Cheval (dont le tour de magie est de pouvoir apparaître plusieurs fois dans le même exposé).

De ceci, je conclus que les chevaux peuvent être potentiellement intéressants, mais qu'en général je m'en fous quand même.

Merci de votre attention.

dimanche 1 janvier 2006

Rêves (avril – décembre 2005)

21 avril 2005 : Je suis dans le tramway pour aller à la fac parce que j’ai un partiel. Une fille avec des cheveux noirs + chignon + lunettes, l’air sympathique, vient s’assoir et parler à côté de moi. Elle me montre que le papier toilette vert pomme avec les cristaux vert plus foncé dessus est son ticket de tramway préféré ; je lui dis que je n’ai pas essayé encore. Alors elle me parle d’elle : elle est tchèque et elle joue du piano. Je ne sais plus de quoi on parle mais à la fin on se lie d’amitié et elle va s’assoir à côté de moi pour le partiel, même si elle n’est pas étudiante. Là elle me sort un cahier et me montre un graphique mathématique d’in… infinité, infinitésimal, intégrales, je ne sais plus, avec plein de chiffres à côté et elle me dit « Regarde! Comme c’est beau! ». Je ne m’y intéresse pas et je ne comprends pas, mais je réponds que oui, sans doute. La vieille prof arrive et voit ça, alors elle trouve que son graphique est tout joli et tout mignon et elle est contente. Elle annonce à tout le monde que l’épreuve durera 35:71 et qu’il faudra faire ça « rapido ». Par contre, quand elle va sortir elle me dit qu’elle est très déçue par mon attitude et elle part en éteignant la lumière. L’épreuve, en fait, c’est de dormir. Alors on dort. À un moment je me réveille à moitié et la pianiste tchèque veut me parler en chuchotant, mais j’ai un peu peur de réveiller les autres si je réponds.



30 juin 2005 : Cette nuit c’est l’histoire de Mélanie, qui vit dans une ville noire et passe dans un autre monde à travers une sorte de télévision de sorcière qui ne montre que du noir plein de bruit. L’autre monde est composé de plein de petits bouts de nature variés, un peu assemblés comme un patchwork ou un camaïeu. C’est joli. Je ne me rappelle plus trop de ce qu’il se passe, elle se fait une copine qui s’appelle Zoé ; à un autre moment, il y a une grande tour noire avec des gens habillés en noir qui sont peut-être rôlistes, peut-être gothiques,  qui les font fuir.

Comme une vision en bande dessinée (dessinée dans le style de la BD Grand Vampire de Sfar), je vois cinquante ans plus tard Mélanie et Zoé qui sont devenues des fantômes et vivent en couple dans une sorte de maison hantée. À l’aide de magie, elles font croire à je ne sais pas qui qu’elles ne sont pas là et qu’il n’y a que des bouteilles de shampooing près de l’arbuste.






3 juillet 2005 : L’Empereur me convoque. Je l’attends avec angoisse dans son bureau, et je dissimule des sortes de petits insectes gris qui battent des ailes très vite pour le ralentir quand il s’approchera. La femme de ménage est là. Je n’ose pas mettre d’insecte sous les sièges. À la fin je crois l’entendre venir, alors vite je place mes derniers insectes, j’en mets trois dans ma bouche. Et quand je lui parle j’ai peur qu’il remarque. En fait il ne ressemble ni à Dark Vador ni à l’Empereur Ing, mais à un homme que j’ai déjà l’impression d’avoir vu quelque part. Il repart, appellé par quelqu’un, ou il disparaît — je ne sais plus trop… Je me cache dans les toilettes. Quelqu’un essaie d’entrer, et pousse la porte, j’essaie de l’empêcher d’entrer. À la fin je revois Dark Vador quand même, qui cette fois-ci ressemble à Dark Vador. Sauf qu’il a un manteau orange fluo. Et au lieu de flipper, je lui dis un truc du genre « Salut gros, ça va? » en riant et en lui donnant une tape sur l’épaule. Il grogne juste un peu.

À un autre moment du rêve, il y avait aussi un parc tout vide à part quatre amis que je connais, assez éloignés dans le parc qui est très grand en plus d’être vide, un ipod et un putois.



4 juillet 2005 : On est noël, mais le temps est décevant (ni froid, ni neige). Ma mère fait des pâtes. Je sors avec deux garçons de la fac. Quelqu’un a volé des photos découpées dans des magazines pour les accrocher dans la chambre de l’un d’eux ; il a volé aussi les dents d’une fille qui ressemble à un personnage de dessin animé japonais. À la place de ses vraies dents, elle a un appareil dentaire à l’intérieur de dents en plastique bleu transparent. Alors on décide d’aller lui rendre ses dents. On retrouve le voleur dans une sorte de boîte bling bling pour riches. Je ne sais plus si c’est moi ou un des autres qui fait ça, mais on attend qu’il ouvre la bouche et là on lui met la main dedans et on lui enlève ses dents. Sous ses dents du bas à lui, il avait caché deux autres rangées de dents, d’une autre couleur.





16 octobre 2005 : J’apprends à des gens comment se révolter en lançant des boules en argile. Et puis il y a une porte qui s’ouvre et un ours invisible entre très fâché. J’ai un pistolet anesthésiant, mais il ne fonctionne pas sur l’ours. Au bout d’un moment, son invisibilité cesse et révèle que ce n’était pas un ours mais le capitaine Haddock à cheval sur une chèvre. Plus loin, des extraterrestres emportent la mer ; il n’y a plus de mer nulle part, les bateaux se retrouvent échoués sur le sol. Puis elle revient nettoyée et une des extraterrestres (je suppose) dit « Voilà mais ne la salissez plus cette fois! »



28 décembre 2005 : Des grenouilles sortent d’objets, c’est assez monstrueux. Par exemple, un fauteuil vert se crible d’yeux de grenouilles qui grouillent, puis des formes de grenouilles apparaissent et les grenouilles émergent du fauteuil.










31 décembre 2005 : Une nouvelle loi en France stipule qu’on doit rester couchés et que tous les gens debout seront fusillés. Je vois un ami (enfin, je ne le connais pas en vrai mais j’ai l’impression que c’est un ami ou un camarade) qui se lève et se fait fusiller effectivement. Alors je me réfugie en Italie, là je vais dans un couvent ou quelque chose du genre, et je m’habille en habit religieux de rigueur (qui ressemble plus à un habit de soeur qu’à un habit de moine d’ailleurs) ; je mène une enquête sur je ne sais plus quoi, je dois retenir des chiffres. Il y a une sœur avec un plateau et une théière en argent qui me dit de faire attention. Je vais parler à l’évêque du couvent, qui se trouve être Silvio Berlusconi. Mais il ne semble pas capter la supercherie (ou peut-être fait-il seulement mine de ne pas la remarquer). Après je suis dans le train. Il y a aussi un camarade de classe dans le train qui a l’air encore plus fatigué que d’habitude. Mais vu que le bruit du train me gêne, je saute (depuis la porte fermée, avec le train en marche) dehors et je marche dehors jusqu’à la gare. Je marche tranquillement, mais à la même vitesse que le train. Suspendues à l’arche de la gare, il y a des barres avec des demi-anneaux colorés qui tournent.